Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, reconnaît « des erreurs »

Il aura fallu attendre quatre jours. Dans un message posté mercredi 21 mars sur son compte personnel, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a fini par sortir de son silence alors que son réseau social est secoué par l’une des pires crises de son histoire.

« Nous avons fait des erreurs », reconnaît M. Zuckerberg alors que son entreprise est critiquée pour avoir laissé siphonner les données de dizaines de millions de ses utilisateurs. « Il y a une rupture de confiance entre Facebook et ceux qui partagent leurs données avec nous et qui s’attendent à ce que nous les protégions. Nous devons réparer cela. »

Un sous-traitant de la campagne numérique de Donald Trump, l’entreprise Cambridge Analytica, est accusé d’avoir développé une application de quiz aspirant les données des amis de ses utilisateurs – une fonctionnalité alors prévue et autorisée par Facebook.

Dans son message, Mark Zuckerberg annonce justement des mesures pour restreindre davantage les données auxquelles peuvent accéder les développeurs de programmes à l’intérieur de Facebook. « Nous avons déjà pris les mesures les plus importantes il y a quelques années », précise tout de même Mark Zuckerberg, en référence à la décision prise en ce sens en 2014.

« Je suis responsable de ce qui arrive »

D’abord, le réseau social va « enquêter sur toutes les applications qui ont accédé à de grandes quantités de données » avant le premier tour de vis de 2014. « Des audits complets seront conduits sur toute application suspecte », précise, en outre, Mark Zuckerberg. Des exclusions des développeurs indélicats sont aussi à prévoir. Facebook va également avertir chacun des utilisateurs touchés par une éventuelle fuite de données, y compris celle par qui le scandale est arrivé.

image

Les données accessibles aux auteurs d’applications à l’intérieur de Facebook seront limitées au nom, à la photo de profil et à l’adresse e-mail, et chaque développeur ne pourra plus accéder à aucune donnée personnelle si l’utilisateur « n’utilise pas l’application pendant trois mois ».

Enfin, Facebook va rendre plus visible un outil destiné à montrer aux utilisateurs les applications qui ont accès à leurs données et, le cas échéant, à les en empêcher. « J’ai créé Facebook et au final je suis responsable de ce qui arrive sur notre plate-forme », a enfin reconnu Mark Zuckerberg, alors qu’il est fortement critiqué sur son leadership.

FacebookTwitterFacebookLinkedInPinterest